Kendo sans frontière

Depuis le début de ce confinement, notre club, comme beaucoup d’autres, a dû suspendre tous ses entraînements tant que cette situation sanitaire nous interdira tout regroupement.

Comme pour le télétravail, nous avons dû nous habituer à une nouvelle façon de pratiquer, à la maison, en visio-conférence.

C’est maintenant un rendez-vous bi-hebdomadaire pour les pratiquants du clubs, et nos amis d’autres dôjô, qui viennent partager avec nous ce temps d’échange et de pratique.


À l’autre bout du monde…

Cette situation, le Japon commence à la subir elle aussi, et comme en France, la pratique en groupe est interdite. C’est le cas pour le Kenyûkai (école de kendo situé dans le quartier de Higiriyama à Yokohama, dans la périphérie de Tôkyô et qui fête cette année ses 40 ans), qui a lui aussi pensé à poursuivre ses entraînements en ligne afin de garder la motivation de leurs jeunes élèves.

Le hasard a voulu que le professeur de la section enfant, Koshima Shota*, 5ème dan de Kendo et moi ayons un ami commun. Quand il apprit que le club de Brionne aussi poursuivait ses entraînements en ligne, il demanda à notre ami de prendre contact avec moi et de nous présenter afin de me proposer ce projet fou : réaliser un entraînement commun en visio-conférence, entre la France et le Japon !

_________________________________
*Koshima a récemment fait l’objet d’un documentaire sur la NHK, retraçant sa participation à un Tachikiri-Jiai, où le candidat doit affronter cent combats à la suite !


Nous commençons d’abord timidement par quelques essais, en « petit comité », afin d’apprendre à se connaître. D’abord, Koshima a souhaité partager un entraînement avec les adultes, puis, il a rapidement voulu rencontrer les enfants du club de Brionne, pour les « éprouver » à l’enseignement japonais.

Et il faut croire que nos élèves se sont distingués avec brio, car très vite, il nous a été proposé de participer un grand cours en commun entre les enfants du petit club normand et les élèves du prestigieux club nippon.

C’était la semaine dernière qu’à une vingtaine de Kenshi (plus ou moins grands) réduit sur nos petits écrans (plus ou moins grands aussi), pendant plus de deux heures, sous le regard attentif et bienveillant de Nishimura-Sensei (responsable de la section), nous avons partagé cet entraînement commun qui prenait des airs d’échange culturel.


Il est 11h en France, 18h au Japon.

Petit à petit, les écrans s’allument comme plein de petites fenêtres donnant sur la vie des uns et des autres. Tout le monde est très impressionné, mais rapidement, les ordres du salut se font entendre, et les esprits se rassemblent.

Suburi pour s’échauffer…
Même à presque 10 000 km les uns des autres, nous respirions d’un seul souffle !

Après un bon échauffement, place aux entraînements de fond :
– Suburi
– Renforcements & gainage
– Exercice d’équilibre
– Travail sur les déplacements

C’est après cette bonne suée, qu’on nous invite à participer à un tournoi de « Air Kendo » !

Deux équipes s’affrontent, comme dans un vrai shiai… mais sans les shinai… Et chaque adversaire devra terrasser son adversaire par son attaque. Tâche à l’arbitre de déterminer lequel des deux combatants marque le point le plus convainquant.

Les équipes se saluent…

L’équipe rouge est composé des jeunes (enfin pas tous) Français renforcés par les collégiens du club japonais… face à
L’équipe blanche, composée des élèves de primaire.

… et une lutte sans merci commence !

Tableau des résultats
= MEN  = KOTE ( ) = Premier point

Comme les résultats le montrent, ce fut une confrontation qui tint tout le monde en haleine jusqu’aux dernières secondes : la victoire était encore incertaine jusqu’au dernier point !


Nous terminons cette session riche en émotions avec une séance de partage, où chaque enfant, l’un après l’autre, se présente et raconte un peu, chacun avec ses mots, pourquoi il aime et pratique le kendo.

Malgré la distance, malgré le confinement, malgré la barrière de la culture et de la langue, malgré toutes les différences qui nous séparent, grâce au Kendo, nous nous retrouvons tous ici, réuni autour de cette passion qui nous anime, fort du sentiment que quelque soit l’épreuve à surmonter, nous pouvons ensemble l’affronter et en sortir encore plus fort.

C’est dans des moments comme celui-ci que l’on mesure vraiment l’impact du Kendo dans nos vies.

Cette crise sanitaire mondiale aura eu un impact considérable dans nos vies. D’une manière dramatique, certes, mais aussi dans les nouvelles opportunités qui se sont offertes à nous. Sans le confinement, sans avoir eu besoin de bouleverser nos pratique et de devoir trouver de nouvelles manières de travailler et vivre nos passions ensemble, cette rencontre n’aura jamais été possible.

Faisons-en notre force.


La visio-conférence terminée, l’écran s’éteint et l’ambiance chaleureuse fait alors place à la quiétude habituelle de nos maisons.

Le silence devient plus pesant alors que raisonnent encore dans nos têtes les voix et les kiai échangés quelques minutes plus tôt.

Une chose est sûr, nous repartons tous avec la ferme envie de renouveler cette expérience et d’à nouveau nous rejoindre et pratiquer ensemble… peut-être même un jour en vrai !

Une nouvelle histoire d’amitié qui commence…

Le rendez-vous est pris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *